Sortie du dimanche 1er aožt 2010 :
  ˆ la dŽcouverte des ch‰teaux et manoirs du Pays de Caux
 (Ourville et Beuzeville-la-GuŽrard)




Cette sortie traditionnelle du mois dÕaožt est attendue, et devenue incontournable.

De fait, plus de 70 personnes avaient rŽpondu ˆ lÕinvitation. Cette rŽunion ˆ la dŽcouverte du Patrimoine, parfaitement organisŽe par N. et L. LAGARDE et Annick CARPENTIER, a permis dÕadmirer quatre trs belles demeures, chacune avec son histoire, prŽsentant aussi le souci permanent des propriŽtaires pour maintenir en Žtat ces demeures qui tŽmoignent du passŽ de notre rŽgion.

Tous ont tenu ˆ accueillir personnellement le groupe, respectivement :
La journŽe se termina ˆ Beuzeville la GuŽrard dans la demeure de M. DUMESNIL-GAILLARD autour dÕune collation sous la protection dÕun immense saule pleureur, dans lÕesprit dÕune rencontre au caractre amical.


01.jpg 02.jpg 04.jpg 05.jpg 06.jpg 07.jpg
08.jpg 09.jpg 10.jpg 12.jpg 13.jpg 14.jpg
16.jpg 17.jpg 18.jpg 19.jpg 20.jpg 21.jpg

Quelques prŽcisions ˆ propos des lieux visitŽs

BEUZEVILLE la GUERARD

Origine du nom: BEUZEVILLE le Domaine de Basa, du latin Villa, domaine rural, prŽcŽdŽ du nom de personne germanique Boso. La GuŽrard: surnom provenant des premiers seigneurs des lieux. A l'Žpoque romaine, le site est traversŽ par les voies de Lillebonne ˆ Boulogne, par Grainville Bosevilla est mentionnŽ ˆ la fin du XIIe Sicle.
Le village jouit d'une Žglise ds le XIe Sicle. Au Moyen Age, la terre de Beuzeville est un fief de Haubert. Des premiers seigneurs subsiste le qualificatif GuŽrard, accolŽ au nom du village. Entre les XIVe et XVIe Sicles, le territoire est dŽtenu par diffŽrentes familles alliŽes qui en deviennent propriŽtaires par union ou par hŽritage les familles de Canouville en 1397, de Mares dans le courant du XVe Sicle, de Quenouville en 1503, Deschamps dans le courant du XVIe Sicle, puis Leroux vers le milieu du XVIIe Sicle.

LeManoir ( XVe/XVIIe) en silex, briques et grs. Probablement le ch‰teau de l'ancien fief de Beuzeville, mentionnŽ dans les fiefs de 1503 comme appartenant ˆ Jehan de Quenouville.
Faade du XVIe Sicle (assemblage de silex et briques). La faade opposŽe comprend une imposante tour d'escalier en grs. L'Ždifice a ŽtŽ remaniŽ au XVIIIe Sicle, mais conserve ses principales caractŽristiques et ornements : moulurations de la porte inspirŽes du style gothique et meurtrire cruciforme ˆ droite de l'entrŽe. Le mur pignon semble remonter au XVe Sicle. L'aile basse est un agrandissement ultŽrieur dŽbut du XVIIe.

CLEUVILLE

Origine du nom: le domaine de Claudius, du latin Villa, domaine rural, prŽcŽdŽ sans doute du nom romain de personne Claudius.
La prŽsence d'un domaine fŽodal sur le site est ancienne. Un ch‰teau sur motte avec fossŽs, tourelles et donjon en tŽmoigne. Le fief de la baronnie de Cleuville est citŽ ds 1154. Il est longtemps sous la dŽpendance du duchŽ d' Etoutteville. Au XIIIe Sicle, l'Žglise du village appartient ˆ L'Abbaye de Beaubec.  Lors des invasions anglaises, les terres sont prises et confisquŽes. Il semble qu'elles deviennent, l'une des propriŽtŽs de Jean Talbot, cŽlbre capitaine anglais, avant d'tre dŽvastŽes lors des guerres de Bourgogne par Charles le TŽmŽraire. L' Eglise est Žgalement dŽtruite. Une chapelle du XIe Sicle, la Chapelle Saint LŽger, est alors utilisŽe comme Žglise paroissiale. Par la suite, le village subsiste, mais le domaine est plus ou moins laissŽ ˆ l'abandon.

Le Manoir  (XVIe Sicle)  est une des anciennes dŽpendances de l'ancien ch‰teau fŽodal de Cleuville, autrefois situŽ sur la motte artificielle construite sur les hauteurs. La faade principale est construite en brique ( comprend un cha”nage et un encadrement des baies en pierre de taille avec mouluration). La faade opposŽe est constituŽe d'un assemblage de pierres et silex, surmontŽ d'un Žtage ˆ pans de bois en encorbellement. Une tour en brique renferme l'escalier.

OURVILLE en CAUX

Origine du nom Ourville : domaine d'Uro, du latin Villa domaine rural prŽcŽdŽ du nom de personne germanique Uro. Caux, nom de pays  le pays de Caux.
A l'Žpoque gallo-romaine, le site est traversŽ par la voie de Lillebonne ˆ Grainville. Au Moyen Age, l'Abbaye de FŽcamp reoit les bŽnŽfices de la cure de l' Žglise d'Ourville ds le dŽbut du XIe Sicle. Son droit est confirmŽ vers 1025 par Richard II. L'existence de plusieurs petits fiefs semble tre ancienne. Celui d' Ourville bŽnŽficiait du droit de haute justice. Aux XVIIe et XVIIIe Sicles, le territoire comprend plusieurs domaines seigneuriaux.
Le Ch‰teau (XVIIe et XVIIIe Sicle), briques et silex -  Ç Le Vieux Ch‰teau È - La demeure actuelle a ŽtŽ construite au XVIIe Sicle ˆ l'emplacement prŽsumŽ des vestiges d'un ancien Ždifice. Le lieudit Ç Le Vieux Ch‰teau È correspond ˆ des fondations en briques, pierre et silex. Il peut s'agir de restes d'occupation gallo-romaine ou de ruines d'une construction mŽdiŽvale.