L'association

Le Patrimoine de Fécamp

Fécamp aujourd'hui

Fécamp demain

Mieux connaître d'où on vient pour savoir où on va

A propos de éoliennes en mer de Fécamp

 Extrait du Progrès de Fécamp du vendredi 26 juillet 2019

Le parc offshore pour 2023


Le conseil d'État a donné son feu vert à la construction du parc offshore au large de Fécamp. 83 éoliennes seront mises en service en 2023. Les personnalités locales de tout bord politique sont ravies.
Douze ans après le lancement du projet, le parc éolien offshore de Fécamp va entrer dans sa phase opérationnelle.Douze ans après le lancement du projet, le parc éolien offshore de Fécamp va entrer dans sa phase opérationnelle. (Photo AFP)L
es recours qui ont obstrué l'avancement du projet éolien offshore au large de Fécamp « sont purgés », a annoncé le service communication d'EDF renouvelables. Un projet qui traînait depuis... douze longues années. Mercredi 24 juillet 2019, « le Conseil d'État a validé les dernières autorisations administratives », donnant le feu vert à la construction de ce parc. Quatre-vingt-trois éoliennes seront ainsi érigées au large de Fécamp « à l'horizon 2023, précise le consortium composé d'EDF Renouvelables, d'Enbridge et de wpd. Elles seront situées entre 13 et 22 km des côtes. L'électricité produite par la future installation, près de 500 MW, équivaudra à la consommation de plus de 770 000 personnes, soit plus de 60 % de la population seinomarine. »
Une centaine d'emplois à Fécamp
« La construction des fondations gravitaires des éoliennes permettra la mobilisation de 600 personnes sur le port du Havre pendant la durée du chantier », complète le porte-parole de l'industriel. À la clé, également : la création d'une centaine d'emplois pérennes, pour assurer la maintenance-exploitation des éoliennes depuis le port de Fécamp.
Une excellente nouvelle, saluée par les élues de tout bord, qui se sont mobilisées pour le parc offshore.
« C'était le dernier recours, le tout dernier, confirme la députée Stéphanie Kerbarh (LREM). Il ne peut plus y en avoir d'autres. Je suis très contente. J'espère que ce sera un signal pour essayer de créer une filière des énergies renouvelables dans la région. Installer des éoliennes offshore, c'est un projet qui est pertinent en Normandie, avec son littoral. C'est ici qu'est produite une grosse partie de l'énergie du territoire national. »
Marie-Agnès Poussier-Winsback (LR), maire de Fécamp et présidente de l'agglo qui a la compétence économique sur le territoire se réjouit, elle aussi. « Si j'ai bien compris, nous sommes au bout du bout. D'après ce que m'a dit EDF, nous allons entrer dans la phase opérationnelle. C'est une très bonne nouvelle. C'est un dossier que le territoire suit depuis plus de 10 ans. En 2007, quand le projet a été lancé, à l'époque, je travaillais pour Daniel Fidelin (NDLR, l'actuel maire LR de Montivilliers a été député de la 9e circonscription de 2002 à 2012). Il a œuvré pour que Fécamp soit retenue parmi les zones propices pour l'éolien offshore. Pour ce dossier, on a tous appris en marchant. C'est la première fois qu'on construira un parc offshore en France. Malgré les recours, on n'a pas cessé de se parler avec les porteurs du projet. On a eu des réunions régulièrement, pour continuer d'avancer sur la plate-forme de maintenance dans le port de Fécamp, avec les responsables de la Chambre de commerce, du Département, et avec l'industriel. »
« Un nouvel élan pour la Ville »
Côté financier, la taxe éolienne apportera une manne non négligeable pour les dix-sept communes du littoral, situées entre Saint-Jouin-Bruneval et Veulettes-sur-Mer. Une dotation annuelle qui variera de 90 000 € pour Veulettes, à 1,2 million pour Fécamp.
Autre réaction, celle d'Estelle Grelier (PS). La conseillère municipale d'opposition, ex-secrétaire d'État, connaît bien le dossier. De 2001 à 2014, elle a été présidente de la com'com de Fécamp et première adjointe au maire de Fécamp. Elle a également été députée au Parlement européen de 2009 à 2012 puis à l'Assemblée nationale de 2012 à 2017. « C'est une excellente chose pour la ville et pour les Fécampois,s'enthousiasme l'élue. Je suis très heureuse. Ce projet me tient particulièrement à cœur. Quand il a été lancé, nous avons beaucoup œuvré avec les habitants et les pêcheurs. Avec la perspective de ces créations d'emploi, il va apporter un nouvel élan à cette ville qui le cherche. Ce sera l'incarnation d'une transition écologique que nous voulons tous. » Son seul regret : « Que tous ces recours aient reporté la construction du parc offshore de plusieurs années. Sans eux, on aurait déjà des éoliennes en mer à Fécamp. »