L'association

Le Patrimoine de Fécamp

Fécamp aujourd'hui

Fécamp demain

Histoire des musées de Fécamp

Actuellement, la Ville de Fécamp possède deux musées publics:

Ces deux musées sont l'aboutissement d'une série de plusieurs anciens établissements qui se sont

succédé au cours du XXe siècle.

Fécamp possède par ailleurs un musée privé prestigieux, le musée du Palais de la Bénédictine.

 

1- Musée de Peinture et d'Art régional

Il est créé le 18 février 1879 par la ville de Fécamp, Alexandre Legros étant Maire, sur proposition de Charles Hue (1828-1881), qui en est nommé le premier conservateur.

Situé au deuxième étage de l'Hôtel de Ville (voir l'inscription "musée", gravée dans la pierre sur le côté du porche de la mairie), ce musée présente essentiellement de la peinture académique de son temps. Ne visant « qu'un but : Le Progrès intellectuel et moral »,  le fondateur espère que le musée, « par le spectacle des créations de l'art, () développera parmi nous le goût du savoir et du beau ».

 

2- Musée industriel des Pêches

Inauguré le 26 novembre 1899 dans le Chalet Saint-Pierre (aujourd'hui détruit), quai de la Vicomté, il est créé par M. Bellet, Président de la Chambre de Commerce, dans le but initial de promouvoir l'activité industrielle fécampoise à l'Exposition universelle de 1900.

Mais ses fondateurs décident ensuite de le pérenniser sous la forme d'un "musée industriel", annexe a l'École des Pêches Maritimes qu'ils gèrent aussi.

Les collections comprennent des maquettes de navires, et des exemples divers de la production artisanale fécampoise en rapport avec l'activité portuaire.

Ce musée n'aura qu'une existence éphémère, et une petite partie seulement des collections sera remise au Musée du Vieux-Fécamp, par l'intermédiaire duquel elles parviendront jusqu'à nous.

 

3- Musée du Vieux-Fécamp

Au début du 20e siècle, au fur et à mesure que la modernisation de la ville entraîne des destructions de monuments anciens, quelques fécampois prennent peu à peu conscience de l'intérêt de ce patrimoine et décident de constituer une Société pour l'étudier, et en sauvegarder les vestiges. Ainsi naît, en 1910, le Musée du Vieux-Fécamp, fondé par l'Association du même nom, et installé dans la Tour de la Maîtrise, au chevet de l'abbatiale.

L'Association effectue de surcroît, un collectage d'objets de traditions populaires du Pays de Caux, dans la mouvance d'un actif courant folkloriste régional.

Au bout de quelques années, ce musée comporte déjà d'importantes collections ethnographiques (mobilier, céramiques, costumes), et de nombreux vestiges archéologiques de la cité, mais aussi des souvenirs abbatiaux, armes, monnaies, etc; aussi devient-il vite trop lourd à gérer dans un cadre associatif et, non sans quelques houleux débats internes, l'Association finit-elle par décider de remettre ses collections à la Ville de Fécamp, qui les accepte en 1924.

 

4- Musée de Fécamp

Se trouvant ainsi riche de tant de collections, la ville de Fécamp décide de les regrouper, et acquiert dans ce but l'ancienne propriété du Général Robert, rue Eugène Marchand (aujourd'hui Ecole Municipale de Musique).

Les peintures quittent donc l'Hôtel de Ville et rejoignent les collections archéologiques et folkloriques du Vieux-Fécamp, pour constituer ce qu'on appelle alors simplement le « Musée de Fécamp», qui ouvre ses portes en 1931.

Le collectionneur André-Paul Leroux en devient le conservateur, amenant en dépôt une partie importante de son importante collection personnelle d'objets d'art.

Mais, à peine inauguré, le musée est déjà saturé. En 1957, il doit absorber la partie du legs Leroux qui n 'était pas déjà en dépôt dans le musée, aussi un nouveau transfert est-il décidé vers un hôtel particulier rue Alexandre-Legros.

 

5- Musée Centre-des-Arts

La propriété Lemmonier rue Alexandre-Legros est choisie en raison de son parc. En effet, le projet prévoyait que le musée serait intégré dans un complexe culturel à vocation plus large, comportant une bibliothèque, et une salle de spectacle et de concert, construites dans le jardin, et financées par les dommages de guerre. D'où l'appellation "Musée & Centre des Arts", finalement transformée en "Musée Centre-des-Arts" lorsque cet ambitieux projet est abandonné (seuls les reliefs de bronze de la grille du porche, figurant les allégories de la Peinture, la Comédie, la Sculpture, la Musique, la Littérature et la Marine, témoignent encore de ce projet).

Quant à la maison elle-même, elle est en réalité plus petite que le musée de la rue Eugène Marchand, aussi envisage-t-on de l'agrandir par la construction d'une galerie des peintures en retour sur le parc, (plan aux archives municipales), finalement jamais construite.

Aussi, inauguré en 1960, le Musée Centre-des-Arts ne peut-il exposer que ses collections d'objets d'art et de mobilier, la configuration de la maison n'étant guère propice à l'accrochage des grands tableaux. La section archéologie est renforcée par l'apport d'importants chantiers de fouilles (chantier gallo-romain du Petit-Moulin, 1961-1969, et chantier du Palais Ducal, 1972-1984).

Puis le secteur maritime se développe par les collectes que mène Maurice Yvart, conservateur de 1970 à1980, face à l'accélération de l'évolution des techniques de pêche.

 

6- Musée des Terre-Neuvas et de la Pêche

A partir des années 70, la crise de la pêche morutière amène à se poser la question d'un musée spécialement consacré à cette activité. Le sujet est tabou pour certains, qui refusent l'idée d'un musée maritime qui aurait trop l'apparence d'un tombeau de la grande pêche! Mais de plus en plus nombreuses sont les voix qui s'élèvent aussi pour demander qu'on en conserve la mémoire pour les générations futures.

La Ville de Fécamp décide ainsi la construction d'un nouveau musée boulevard Albert 1er, sur le front de mer. En 1988, les collections maritimes, sont transférées du Musée Centre-des-Arts vers ce nouveau musée, qui prend l'appellation de « Musée des Terre-Neuvas & de la Pêche ».

 

7- Musée de l'Enfance

C'est en 1918 que le Docteur Léon Dufour, créateur de l'Oeuvre de la Goutte de Lait, ouvre un petit musée privé dans les locaux de l'oeuvre, rue du Précieux-Sang, pour y présenter sa riche collection d'objets sur la petite enfance.

Le 4 juin 1926, par une lettre au Conseil Municipal, il en propose la donation à la ville de Fécamp, souhaitant «que les éléments qui constituent ce musée continuent à former un tout ». Après accord du Conseil, le musée de l'Enfance devient municipal par un acte notarié établi le 1er septembre 1926. Transférées en 1933 dans le nouveau Pavillon de l'Enfance que vient de réaliser la Ville, ces collections sont très endommagées lors du dynamitage des installations portuaires par les Allemands dans la nuit du 30 août 1944. Fermé, le musée ne sera que partiellement rouvert en 1951, puis ses collections seront déménagées vers le nouveau musée Centre-des-Arts, où elles resteront pour l'essentiel en caisses.

 

8- Musée des Arts et de l'Enfance

Le musée Centre-des-Arts connaît une nouvelle mutation le 28 mai 1999, lorsque le Conseil Municipal décide de lui attribuer la nouvelle appellation de « Musée des Arts & de l'Enfance », changement de nom qui constitue aussi un programme. En effet, prenant en compte l'importance des collections sur l'Enfance, restées inexploitées depuis un demi-siècle, l'objectif de la Municipalité est d'équilibrer la présentation des collections entre les deux pôles que sont d'une part les Arts (Beaux-Arts, Arts décoratifs et Arts populaires) et d'autre part l'Enfance.