L'association

Le Patrimoine de Fécamp

Fécamp aujourd'hui

Fécamp demain
Le devenir de l'Hôpital de Fécamp

L'Hôpital de Fécamp

En 1001, Guillaume de Volpiano, premier abbé de la Sainte-Trinité de Fécamp applique la Règle hospitalière de Saint-Benoît et fonde le Prieuré Saint-Antoine et Sainte-Anne. La première Maison-Dieu de Fécamp s'est transformée à travers les temps pour devenir l'Hôpital de Fécamp, administré depuis 1725 par la Communauté des Religieuses Bénédictines Hospitalières, présente jusqu'en 1985.

Le beau bâtiment hospitalier a été construit, non pas avec l'aide financière de l'Etat ou de l'Assistance Publique, mais avec les dons fabuleux de généreux Fécampois (ainsi qu'en témoignent les « plaques de donateurs »), entraînés en 1840 par mademoiselle Julie de Giverville qui a consacré toute sa fortune au soutien des enfants et des malades, en s'appuyant sur le dévouement des Religieuses.

C'est depuis la loi de 1905, de séparation de l'Eglise et de l'Etat, que les services de l'Assistance Publique utilisent ces bâtiments qui appartenaient auparavant à la Communauté des Religieuses Bénédictines Hospitalières de Fécamp.

L'ensemble immobilier est d'une grande qualité architecturale, équilibrée ; de belles proportions, dans une matériau de choix : le silex.

La Chapelle Saint-Louis forme le pavillon central, en légère avancée sur les deux longs corps de bâtiments de sept travées chacun. Les ailes en retour, parallèles à la Chapelle sont terminées par deux hauts pavillons. "L'ensemble se présente simple, dépourvu de tout ornement inutile, spacieux et admirablement adapté à son but (Dom Lecroq dans son histoire de l'Hôpital de Fécamp)".

Cette architecture classique est largement éclairée par deux étages de hautes fenêtres. L'ensemble homogène des bâtiments est sumonté d'une haute toiture ornée de charmantes lucarnes qui rappellent sobrement le style « troubadour ».

Le matériau utilisé, de très grande qualité est le silex taillé, pierre typiquement locale puisqu'elle est issue des falaises. Elle est aussi le témoin précieux du savoir-faire remarquable des artisans maçons du XIXe siècle : ils ont su renouer avec les traditions de l'architecture polychrome du Pays de Caux au temps de la Renaissance.

Ce grand hôpital est construit en 1844 par M. Robert, architecte à Yvetot, ancien ingénieur de la Marine, entré tardivement dans le clergé de Rouen.

Cet ensemble hospitalier a connu de nombreux agrandissements et transformations au cours des deux siècles derniers. Il n'est plus conforme maintenant aux normes exigées. On a donc dû construire un nouvel hôpital-clinique qui est implanté sur le plateau Saint-Jacques, en hauteur, au Sud de la ville.

 

Le pavillon de Giverville

Claire Chauvin

Le promeneur qui, par la rue du Grand Moulin, longe la rivière de Valmont découvre tour à tour un vieux pont de pierre, le pont Sainte-Anne, une chapelle du XIIIe enjambant la rivière et dans le prolongement sur la droite une construction XIXe qui a fière allure; c'est un important corps de bâtiment en brique et silex, matériaux de notre pays, coiffé de lucarnes gracieuses à volutes, avec deux ailes perpendiculaires. Cette forte et belle bâtisse est coupée en son milieu par une chapelle en pierre tufeuse agrémentée d'assises de silex noirs et blancs. Chaque maison a un passé certes, mais l'histoire de ce pavillon hospitalier qui abritait jusqu'à peu le service de cardiologie mérite qu'on s'y attarde. Le projet de cette construction fut, chose rare au XIXe siècle, l'¤uvre de deux femmes !

« Vous l'aurez ce nouvel hôpital Saint-Antoine. Je ferai le nécessaire auprès de l'Administration! » Ainsi parlait en 1844 mademoiselle Julie de Giverville à son amie madame de Mocomble, supérieure de l'Hôpital de Fécamp. Après la Révolution, en 1802, la municipalité fécampoise avait en effet demandé la réintégration de la communauté des Bénédictines hospitalières. Elles s'apprécient l'une l'autre; la première est une femme fougueuse qui va au bout de ses idées toutes dirigées vers l'amélioration du sort des autres, la seconde est une femme de bon sens, excellente gestionnaire, qui se rend bien compte que plus que de modernisations et de rapiéçages, c'est d'un bâtiment neuf dont l'hôpital a besoin. Connaissant bien mademoiselle de Giverville, elle sait que son amie ne restera pas insensible à son projet !

Ce qui fut promis fut fait. Mademoiselle de Giverville informe messieurs les Administrateurs de l'Hôpital qu'elle fait acte de donation devant Maître Gelée pour la construction d'un bâtiment, construction prévue dans un bref délai, (elle se sent déjà fatiguée), d'après un plan qu'elle désire approuver, avec un budget, chapelle comprise, de 80.000 francs. Monsieur Robert, ingénieur architecte à Yvetot se charge gratuitement des plans, des devis et de la direction de l'entreprise. Les administrateurs de l'Hôpital sont ravis mais c'est alors que commencent les tracasseries administratives. L'autorisation du ministre de l'Intérieur préalablement éclairé par le Conseil des Bâtiments civils est évidemment nécessaire et c'est là que se trouve le problème: « il faudrait que la donatrice n'impose aucune condition ! »

Mademoiselle de Giverville a le courage de renoncer à certaines clauses. Finalement le 6 novembre 1845, le ministre écrit au préfet de la Seine-inférieure qu'il approuve le plan et les devis, et « malgré le peu de régularité de cette démarche », il invite les autorités à mettre la main à l'¤uvre le plus promptement possible ! En mars 1846, les travaux commencent enfin; on a gardé le plan initial mais avec des murs plus épais et une charpente plus forte. La différence de coût sera réglée grâce à la générosité de mademoiselle de Mocomble et à celle du maire, monsieur Louis Leclerc et de ses collègues de l'Administration.

Avant de mourir, mademoiselle de Giverville peut voir enfin s'élever ce beau corps de bâtiment fait pour durer et que certainement la Ville de Fécamp saura réutiliser à bon escient et mettre en valeur dans ses plans d'aménagement futur.

Le devenir de l'Hôpital de Fécamp