L'association

Le Patrimoine de Fécamp

Fécamp aujourd'hui

Fécamp demain

Compte rendu de la sortie du dimanche 3 août 2008

SORTIE DES AMIS DU VIEUX FECAMP
le 3 août 2008



Les Amis du Vieux Fécamp se sont retrouvés, très nombreux (plus de 60 personnes), dans le cadre de leur programme de sorties, le 3 août pour aller à la découverte du Patrimoine cauchois, en visitant deux très belles demeures.

Si elles sont exceptionnelles, comme décrit ci-après, il faut aussi retenir la qualité de l'accueil, la passion, la générosité, apportées par Mesdames MADEC et DAUBEUF, propriétaires, pour la sauvegarde et la protection du Patrimoine.

Nous leur disons notre reconnaissance, ainsi qu'à L. LAGARDE et A. CARPENTIER.

A signaler : Madame Marie-Odile DAUBEUF, est à la recherche d'un pressoir à pommes.

MANOIR D'EQUIMBOSC

Le manoir d'Equimbosc, construit au début du 16e siècle, domine la campagne environnante. Malgré un incendie au 18e siècle où la moitié du bâtiment a disparu, il est encore imposant avec sa façade de damiers de silex sertis dans la brique rose.

Mais les outrages du temps le marquent : façades, toiture, et sa nouvelle propriétaire, Madame MADEC, commence sa restauration.

Dés l'entrée, entre deux étais, on perçoit en partie, l'ampleur du travail à réaliser.

Les portes, fenêtres, boiseries sur les murs, sont en mauvais état. Les plafonds «plongent»...
Les pièces, de grands volumes avec de belles cheminées, sont meublées. Les fenêtres ont leurs tentures en lin, de nombreux tableaux anciens sont accrochés aux murs. Un fond musical de Beethoven et le tout décoré de mille objets, test que déjà le manoir revit.

Le jardin est dessiné et de jeunes hêtres ont été plantés en clôture de la vaste propriété.
La propriétaire estime à environ 20 ans la remise en état du manoir et de son environnement.



CHATEAU/MANOIR «la Pailleterie»

« La Pailleterie », construit en 1602 par Anne de Pardieu est en bon état et doit sa restauration à une dame, Mme DAUBEUF, qui avec son mari en devint propriétaire en 1955.
Actuellement, Madame Marie-Odile DAUBEUF, sa belle-fille, continue son oeuvre.
Cette demeure située dans un bel environnement de verdure, de fleurs et de pommiers, est le type même des gentilhommières cauchoises d'époque Henri IV. Le corps du logis est flanqué de quatre tours quadrangulaires saillantes. Dans le toit, seule la lucarne centrale au fronton gravé « Dame Anne de Pardieu qui a fait bâtir ce lieu par la grâce de Dieu. L'an de grâce 1602 » a été conservée. Les autres ont dû être démontées pour des raisons de sécurité.
Dès l'entrée, qui se fait par un beau perron en pierre, un grand escalier intérieur a été remis en état. La descente de la cave avait été murée. Les marches sont en pierre et les voûtes en brique rouge.
Au rez-de-chaussée comme à l'étage, les salons et les chambres sont décorés sobrement et meublés de nombreux buffets et armoires cauchoises. Les fenêtres sont garnies de belles tentures en lin, unies ou brodées (près de 4 mètres de hauteur !)
Beaucoup d'objets anciens reprennent vie dans ce manoir. Ici, une collection de carafes (vin, eau, cidre) sur une table de ferme, là dans la « caudrette » de nombreux pots à laits, terrines à pâté, casseroles en cuivre.., des cafetières dans la cuisine. Les toilettes ont aussi leurs collections de... vases de nuit !
Madame Marie-Odile DAUBEUF, a remis récemment en état une grande salle voûtée à la cave. Une cheminée monumentale qui avait été murée pour des raisons de sécurité a été dégagée et refaite à l'identique. Le sol recouvert de ciment a alors attiré sa curiosité et en le cassant elle a trouvé la trace de silex. Après beaucoup de travail pour déblayer cette surface, apparaît maintenant un sol entièrement pavé de silex noir, d'un très bel effet et dont aucun autre manoir ne posséderait cette particularité.
Toujours dans la cave, le cellier avec ses rangées de barriques attend un pressoir que Mme DAUBEUF recherche désespérément.

Deux manoirs, et l'histoire de quatre femmes :
- Madame MADEC qui entreprend une restauration importante qui durera plusieurs décennies,
- Anne de PARDIEU qui a construit un château et qui pourrait être fière, 400 ans plus tard, de voir une femme qui l'a sauvé de la ruine, et une autre qui continue son oeuvre.
Ces femmes dynamiques ayant une même passion : la sauvegarde du Patrimoine.

Léone MALANDAIN


Manoir d’ EQUIMBOSC

Construit au début du 16e siècle par la Famille de RELY (originaire d'Artois), établie en Normandie sous FRANCOIS Ier
Modifié au 18e siècle en façade, incendie ayant détruit une partie de la façade
(Damiers de silex sertis dans la brique rose, caractéristiques des demeures cauchoises de l’époque).

Chapelle « Notre Dame » de BIELLEVILLE

L'orthographe de BIELLEVILLE (réuni à la Commune de Rouville) a varié suivant les siècles.
Chapelle à l'origine, elle devient église paroissiale sous le nom de « Bielleville la Pelletière » ou Bierville la Palleterie du nom des Patrons Les Davy de la Pailleterie (Château à quelques centaines de mètres).
Elle conserve de l'époque romane les murs de la nef, soutenus de contreforts plats, couronnés de modillons à tête grimaçante.
Choeur du 13e siècle, remanié au 18e, ainsi que le clocher.

Intérieur : dans le choeur et la nef, les blasons des Davy, Seigneurs de Bielleville ( d'azur à trois aigles d'or, avec anneau doré.)
Sur vitrail transept Nord représentant une Vierge à l'Enfant, armoiries des Comtes de Tancarviille et d' Harcourt.
Voûte en berceau de bois. Reliquaires - Poutre de Gloire - Statues de la Vierge.
Autel décoré d'une fresque en trompe-l'oeil - Toile « Naissance de la Sainte Vierge».
La sauvegarde et la restauration sont dues en grande partie à l'Abbé COULON, ancien curé de Tocqueville les Murs.

Château/manoir « La PAILLETERIE »

L'inscription gravée sur le fronton de la lucarne centrale, permet d'en dater la construction : « Dame Anne de Pardieu qui a fait bâtir ce lieu par la grâce de Dieu. L'an de grâce 1602 ».
Bâti sur le « Domaine de la PAILLETERIE, propriété de la Famille DAVY, du 14e au 18e, (Ancêtres du Romancier « Alexandre Dumas »), cette demeure est le type même des gentilhommières cauchoises d'époque HENRI IV.
Corps de logis avec tours quadrangulaires saillantes (façades briques rouges et noires). Grand escalier intérieur.




Cliquez sur l'image pour l'agrandir.