L'association

Le Patrimoine de Fécamp

Fécamp aujourd'hui

Fécamp demain

Compte rendu de la promenade du 2 juin 2007

Le soleil était au rendez-vous pour accompagner le groupe jusqu'à Ermenouville, première étape de l'après-midi.

L'ancienne église du château, devenue une des deux églises du village avait ouvert exceptionnellement ses portes et sa visite fut une découverte pour la plupart d'entre nous. Un retable, imposant comme dans beaucoup d'édifices religieux de la région flanqué des statues de Saint-Valéry et de Saint-Adrien a retenu longuement notre attention.

 

Madame Kayali nous a reçus ensuite à l'entrée du château du Mesnil-Geoffroy , belle demeure au corps central encadré de hauts pavillons aux toitures distinctes, très dix-septième siècle dans son allure, bien qu'elle ait été fortement remaniée au dix-huitième.

 

Après un parcours olfactif et coloré dans la roseraie, bien documenté par Monsieur Kayali, sur l'origine et l'historique des quelques 2500 rosiers, notre groupe s'est laissé guider par une charmante conférencière en costume d'époque. Celle-ci nous a conduits à l'intérieur du château en évoquant, dans chacune des pièces, des thèmes variés tant artistiques que culinaires...

 

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

L'heure était venue de regagner les voitures pour nous diriger vers le château d'Arnouville.

 

 

Le Château d'Arnouville

 

De la fin du 16ème siècle, sa façade principale, en grès appareillé, est rendue moins sévère par les deux tourelles rectangulaires et les ornements de damiers de silex très normands.

De part et d'autre,des ailes en briques ajoutées au XIXème, prolongent la demeure, tandis que les hautes toitures semblent la tirer vers le ciel.

Madame de La Rochefoucault, fille du comte Geoffroy de Montalembert, accueillit notre groupe avec beaucoup d'amabilité et de courtoisie, relatant des souvenirs de son enfance passée dans ces lieux

Un goûter fut servi à l'intérieur du Château où planait encore l'ombre du doyen du Sénat que nous avait si bien évoqué David Bellamy lors de sa conférence de décembre.